En thérapie avec Ben Mazué

Dans la routine des semaines qui s’enchaînent, depuis la trentaine, il m’est parfois difficile de trouver la motivation pour me rendre à un spectacle. Surtout quand la fatigue fait rage, qu’on est seulement lundi et que la route m’éloigne de la scène des festivités. Toutefois, ce lundi 4 avril, une fois la paresse surpassée, je me suis retrouvée au Zenith de Rouen face à Ben Mazué.

Je connais une partie de son répertoire et apprécie ses chansons mais, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir les multiples facettes de l’artiste fraîchement couronné du prix « Concert » de l’année aux Victoires de la Musique.

Photo Emelka

Le chanteur nous partage, de manière singulière, son parcours qui me laisse encore songeuse : quelle force intérieure peut l’animer à ce point, le conduire à persévérer dans l’adversité avec tant de vigueur ?

Le poète se révèle volubile pour notre plus grand plaisir avec un humour sensible autant qu’inépuisable.

On ne s’ennuie pas, le penseur nous réveille. Tout d’abord car il a ce pouvoir de capter notre attention grâce à sa plume et à son corps entier, rempli de force vive. Mais aussi, parce qu’à travers les conclusions de ses « bulles méditatives » qu’il nous communique, l’auteur nous secoue de l’intérieur.

Le concert s’avère le moment idéal pour se déconnecter du tourbillon de la vie et randonner avec lui sur un chemin plus introspectif. En convoquant des thèmes universels illustrés par des anecdotes et des créations personnelles, comme l’horoscope de fratrie, un concept inédit, l’interprète nous attire et nous maintient en éveil. On déambule ainsi collectivement au gré de ses réflexions avec une facilité déconcertante.

Photo Emelka

Par la kyrielle de questions qu’il aborde, le quarantenaire a su parler à toutes les générations, toutes présentes ce soir-là. Un public qui s’est avéré très réceptif, ému et animé, voire réanimé.

Ben Mazué incarne une grâce insolente, on ne peut plus touchante. Avec ses acolytes, il nous fait voyager dans un univers grave et léger à la fois.

En sortant de ce spectacle, j’étais ravivée, et je sais maintenant pourquoi Ben Mazué a reçu le trophée « Concert », ô combien mérité.

Realeyes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s